Actualités

Mot du Président

OCTOBRE 2015

 

Les principales occupations à ce jour de l’URPS MKLB:

Un premier axe est de rendre plus fort le masseur-kinésithérapeute breton dans la défense de la kiné respiratoire contre la bronchiolite. Elle se fait dans un premier temps par 4 soirées de ré harmonisation respiratoire, une par département. Dans un deuxième temps, une aide sera organisée pour celles et ceux qui souhaitent créer un réseau de garde respiratoire sur le week-end. Cette garde puisqu’elle est bénévole, ne peut en aucun cas être imposée par qui que ce soit. Dans un troisième temps, des stages seront organisés pour les étudiants de l’IFMK de Rennes sur les temps de garde. La porte est ouverte pour l’IFMK de Brest. Première soirée dans le 22 le mardi 3 novembre.

 

-Un deuxième axe de travail est le repérage de la fragilité de la personne âgée, et la prévention qui s’en suit. Elle se fait notamment par un projet Inter URPS, sur le repérage de celle-ci. Trois secteurs, pour le moment, sont concernés (le secteur de Brest, le secteur d’Auray, et celui de Matignon).Prochaine réunion le 2 novembre

 

-Un troisième axe de travail est le développement de la messagerie sécurisée, qui est un projet aussi Inter Urps, porté par Géco Lib.

Il y aura entre 6 et 8 soirées à compter de février 2015 sur les territoires suivants :

  • Territoire de santé N°1
  • Une partie du territoire de santé N°7
  • Territoire de santé N°4

 

-Un quatrième axe de travail est celui du suivi du nouveau né vulnérable. Nous venons d’avoir l’accord pour des formations par département et secteur (22-35 et 29-56), pour une meilleure prise en charge de ces enfants, et maintenir la dynamique créée dans les départements, notamment la création de l’Association Kinésithérapique Pédiatrique Bretonne. La prochaine étape concerne le 22, le 23 novembre.

 

-Un cinquième axe de travail est aussi la défense des masseurs-kinésithérapeutes libéraux bretons, notamment par rapport au partenariat entre l’ARS et la DRJSCS, qui refuse aux masseurs-kinésithérapeutes libéraux bretons pour le moment, la possibilité d’adhérer à la charte Sport Santé Bien être. Pour cela, nous travaillons avec KOP(qui a soulevé cette problématique) et le Conseil Régional de l’Ordre des Masseurs Kinésithérapeutes. Affaire à suivre.

 

-Un sixième axe de travail est la Prévention dans tous ses états, puisque l’année 2016 sera l’année de la prévention et que nous faisons partie du groupe réfléchissant à la manière de traiter ce sujet au niveau de la CSRA. Prochaine réunion le mercredi 4 novembre.

Stéphane MASSON

Président URPS MKLB

 

 

 

SEPTEMBRE 2015

 

Complément d’information :

L’année scolaire s’est terminée en juin par deux informations majeures :

  1. La première concerne les projets que nous avions espéré développer en Bretagne, comme ils se font dans d’autres régions.
  • Le premier sujet concerne les gardes respiratoires pour les patients atteints de bronchiolites. Ce projet avait deux particularités. Dans un premier temps, les masseurs-kinésithérapeutes  volontaires pouvaient avoir accès à une journée de ré- harmonisation des pratiques (formation pluri professionnelle et commune avec le service pédiatrique du secteur pour un meilleur échange des soins ville/hôpital). La deuxième étant un partenariat avec au moins l’IMFK de Rennes, demandeur de terrain de stage sur week-end pour que tous les étudiants sortant de l’IMFK aient pratiqué de la kinésithérapie respiratoire sur bronchiolite.

Ce projet n’a pas retenu l’intérêt de l’ARS …

  • Le deuxième sujet concerne le suivi du nouveau-né vulnérable. Nous ne demandions pas autant que le réseau COKILLAJE dans les Pays de la Loire. Nous sommes acteurs de Bien Grandir en Bretagne. L’ensemble des réseaux périnataux bretons ayant un budget serré, nous souhaitions continuer à développer la dynamique bretonne des masseurs-kinésithérapeutes (création d’ une association de kinésithérapie pédiatrique bretonne AKPB en septembre 2014), par des journées ou demi-journées de formations ou d’échanges de pratique entre masseurs-kinésithérapeutes, kinésithérapeutes-ostéopathes, ou avec d’autres partenaires ((PMI, CAMSP, SESSAD, CHM, CAF, UDAF, association de parents, ADMR, CG…).

Ce projet a retenu l’intérêt de l’ARS s’il est développé au sein du budget des réseaux périnataux déjà restreint….Donc il y a peu de chance qu’il puisse voir le jour…

Nous ne pouvons que déplorer ce manque de soutien de l’ARS sur ces projets. C’est fort dommage de ne pas profiter de projets émanant du terrain et pouvant améliorer grandement la prise en charge des patients bretons, la coordination des soins de ville/hôpital, et la formation des étudiants.

 

  1. La deuxième information concerne les Sports Santé Bien Etre dans la région.
  • Nous avons été partenaires du projet Rennes Bien dans son Sport.

 

  • En revanche, un partenariat se créé entre l’Agence Régionale de Santé et la Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale. L’objectif est le développement de l’offre d’activité physique à destination des personnes atteintes de maladies chroniques en région Bretagne. En effet dans le cadre du plan régional Sport Santé Bien-Etre (SSBE), plusieurs réflexions ont été menées afin de poser les bases d’une offre de qualité et permettre aux structures de s’inscrire dans la dynamique régionale. Celles-ci se sont déroulées sans que nous y soyons invités (formation des éducateurs sportifs et  cadre de mise en oeuvre de ces activités physiques spécifiques ont été travaillés et des financements sont attribués pour le développement de cette offre.)

Le comité de pilotage SSBE propose aujourd’hui aux structures intéressées de signer la charte Sport Santé Bien-Etre/Malades Chroniques, afin de valoriser l’engagement dans le développement du sport santé en Bretagne. Elle permet de s’assurer, sur la base de quelques critères, que les structures offrent une activité physique spécifique de qualité, encadrée par des professionnels formés et dispensée dans un cadre sécurisé.

L’association de masseurs-kinésithérapeutes KOP (Kiné Ouest Prévention) a demandé si les masseurs-kinésithérapeutes effectuant des groupes de gymnastique préventive dans leur localité pouvaient adhérer à la charte. Ce comité (ARS et DRJSCS) refuse, pour le moment, malgré notre intervention, que les masseurs-kinésithérapeutes signent la charte au titre qu’ils n’ont pas la formation nécessaire !

Que de nouveaux métiers soient créés sur notre champ de compétence est un fait, mais que l’on nous empêche d’exercer notre champ de compétence en est un autre !

Par ailleurs, ce début d’année commence avec l’arrivée pour Geco Lib’ du budget alloué par l’ARS pour le développement de la messagerie sécurisée.  Voici un des partenariats positifs entre l’ARS et les URPS. Pourvu qu’il en amène d’autres !

L’année 2016 sera l’année de la prévention en Bretagne, nous mettrons tout en œuvre pour que la masso-kinésithérapie y ait toute sa place !

Dans tous les cas, je ne peux que réitérer ma demande. Notre action n’a de valeur que si nous sommes soutenus par l’ensemble des professionnels masseurs-kinésithérapeutes diplômés, qu’ils soient kinésithérapeutes ostéopathes, kinésithérapeutes préventeurs, kinésithérapeutes posturologues, kinésithérapeutes ….

Rapprochez-vous du syndicat duquel vous vous sentez le plus proche ou le moins loin. Soyez acteurs de l’évolution de notre profession !

Stéphane MASSON

Président URPS MKLB

 

Voici les objectifs de nos projets présentés :

 

PERMANENCE DE GARDE RESPIRATOIRE BRONCHIOLITE


PRISE EN CHARGE DU NOUVEAU-NE VULNERABLE