Veille juridique de la profession

8 07 2024A la Une

Focus sur mon bilan prévention et l’expérimentation accès direct en CPTS

Mon Bilan Prévention

Lors du Conseil des ministres du 12 juin, Frédéric Valletoux, ministre délégué chargé de la Santé et de la Prévention, a annoncé que les kinésithérapeutes pourront prochainement participer aux rendez-vous de prévention « Mon bilan prévention ».

Une nouvelle offre personnalisée

Le dispositif « Mon bilan prévention » offre à chaque Français, appartenant à l’une des quatre tranches d’âge (18-25 ans, 45-50 ans, 60-65 ans, 70-75 ans), un accès simplifié à une consultation avec un professionnel de santé. Cette initiative permet de faire un bilan de santé et d’évaluer les habitudes de vie des patients. Les rendez-vous peuvent être réalisés par divers professionnels de santé, dont bientôt les kinésithérapeutes.

Actuellement en cours de déploiement, le dispositif sera généralisé dans les prochains mois, accompagné de campagnes de communication ciblées. L’objectif est que chaque Français puisse bénéficier de quatre rendez-vous de prévention au cours de sa vie. Plus de 20 millions de personnes devraient être concernées par ce dispositif sur l’année à venir, recevant une invitation de l’assurance maladie.

L’importance de la prévention dans le métier de kinésithérapeute

Les différents organismes représentant la profession ont salué cette décision du ministre Frédéric Valletoux. La prévention est un élément clé du travail des kinésithérapeutes. Les travaux menés lors du service sanitaire par les étudiants en kinésithérapie, ainsi que la formation initiale de la profession, intègrent pleinement la prévention. Chaque jour, les kinésithérapeutes voient de nombreux patients et consacrent du temps lors des séances de rééducation à diffuser des messages de santé publique. Leur expertise en matière de prévention sera donc un atout précieux pour le dispositif « Mon bilan prévention ».

L’URPS Kiné Bretagne s’investie dans les différents travaux menés sur cette thématique aux niveaux départemental et régional.

Source : tiré de l’article du 19.06.24 sur Caducee.net, journal destiné aux professionnels de santé

Accès direct pour les kinés en CPTS

Accès direct aux kinésithérapeutes en CPTS : publication du décret d’application lançant la phase d’expérimentation

Pour répondre aux difficultés d’accès aux soins des Français et à la faible densité de médecins, la loi du 19 mai 2023 portant amélioration de l’accès aux soins par la confiance aux professionnels de santé a prévu plusieurs mesures pour faciliter l’accès des Français aux soins de masso-kinésithérapie et ainsi libérer du temps médical.

Cette loi permet aux patients depuis sa promulgation d’accéder directement aux masseurs-kinésithérapeutes qui exercent à l’hôpital, en clinique, dans un établissement social ou médico-social ou, en ville, dans une maison de santé pluriprofessionnelle, ou un centre de santé.

Au terme d’un appel à projets, 16 départements ont manifesté leur intérêt pour être expérimentateurs. L’URPS Kiné Bretagne avait répondu à cet appel aux côtés de l’ARS Bretagne. Le département breton sélectionné est celui des Côtes d’Armor (22).

  • Deux-Sèvres ;
  • Côtes d’Armor ;
  • Haute-Corse ;
  • Loiret ;
  • Martinique ;
  • Mayotte ;
  • Meurthe-et-Moselle ;
  • Nord ;
  • Réunion ;
  • Rhône ;
  • Seine-Maritime ;
  • Tarn ;
  • Var ;
  • Vendée ;
  • Yonne ;
  • Yvelines.

Source : sante.gouv